expositions 

Patricia Girbeau :
La poësie des perles

Août 2021

La matrice du monde : la mandorle, forme d’amande qui tient au creux de ma main. C’est aussi une graine trouvée au sol à Perpignan, des chrysalides accrochées aux murs de Céret… L’enfermement d’une transformation en devenir… Je réalise en 1997 « l’originale » d’une grande série. Des réceptacles, mandorle en papier, qui enferment mes secrets les plus intimes. Petites formes blanches car pour être acceptée, il faut être discrète et cacher. Leur fragilité me frustre, ne pas pouvoir les tenir en pleine main, les posséder charnellement. Je décide en 2008 de faire « mes formes » en tissu et en ouate. Elles s’expriment et se revêtent de parure de perles et de fils. Les perles se cousent une à une. Elles envahissent petit à petit l’espace au point d’en transformer la forme. Avec le temps, ces petites choses modifient le tout. La danse qui se fait entre ma main, l’aiguille, le fil et les perles, m’amène doucement vers un automatisme du geste. Le temps est suspendu. Comme grisée, je ne suis plus là. Au fil des heures, des semaines, des mois, des années parfois, les sensations changent dans ma main. Ne plus voir, mais ressentir. La forme m’échappe. Elle ne m’appartient plus. Parfois, je ne m’encombre plus de la forme pour rester sur un plan. Celui-ci est chargé de sa propre histoire : les mouchoirs des enfants de l’école Hériot qui pansent leurs maux dont on a dit mot ; un tissu jauni par le temps, trouvé au fond d’un tiroir, plié en 16 carrés, le tissu de la housse du canapé de Boussan, l’odeur enivrante de la maison de campagne. Les perles envahissent une à une la toile. Le temps passe sous mes doigts et se matérialise. L’automatisme de mon geste pose les perles sur la surface de manière hasardeuse. Je ne pense plus. Ne plus vouloir s’arrêter pour rester dans cet espace temps. Parfois aussi, c’est une rencontre, un coup de foudre pour un objet qui me donne envie de le recouvrir. Une vague de perles qui emporte tout sur son passage jusqu’à en faire disparaitre la forme d’origine. Pour devenir autre chose. Les perles sont le temps qui modifie la forme, la matérialisation d’un temps passé, échappé. Être là, en devenir. Influence artistique : Giuseppe Penone, Nils Udo, Annette Messager, Louise Bourgeois, Yayoi Kusama, Christian Boltensky

© 2020 par ART SANT ROCH 

4 Boulevard Lafayette  66400 Céret, France

  • Facebook Clean
  • Icône social Instagram